La phobie de l’avion est un phénomène plus courant que vous ne le pensez.

D’ailleurs, il a même été le sujet principal d’un film : « Ma vie en l’air ».

L’histoire de Yann, qui, à cause de sa peur irrépressible rompt avec l’amour de sa vie. Il faut dire qu’elle est partie vivre à l’autre bout du monde…

Evidemment, pour lui, impossible de franchir le seuil du contrôle des passeports. Vous vous reconnaissez dans cette description (le côté comédie romantique en moins) ? On me dit dans l’oreillette qu’il existerait une solution…

  Comprendre d’où vient sa phobie de l’avion… Pour mieux la zigouiller

  • Un stress lié à l’enfance

D’abord, une prédisposition. Celle de l’angoisse ou de l’anxiété, transmise par les parents… Pas de votre faute, en somme.

Plusieurs études se corrèlent pour affirmer qu’une future maman stressée durant la grossesse transmet cette particularité à l’enfant. Merci maman !

Quoi qu’il en soit, votre tempérament vous prédispose à ressentir un fort stress dans certaines situations que vous ne maîtrisez pas. Le vol en avion, par son caractère exceptionnel est « idéal » pour provoquer de fortes réactions.

  • Des parents « poule »

Par ailleurs certains parents, en surprotégeant leur enfant, leur intiment l’idée que le monde extérieur est dangereux et que le changement est un risque en soi.

Bien qu’adulte, vous conservez dans un coin de votre cerveau certains mécanismes de l’âge tendre. D’où une peur irraisonnée de l’avion, un moyen de locomotion qui vous sort de votre zone de confort…

  • Les suites d’un traumatisme

La phobie démarre d’une réaction saine : celle du corps face au danger. Celui-ci, ultra alerte, envoie un message au cerveau pour lui intimer l’ordre de réagir vite…

Sauf que le cerveau, aussi efficace soit-il, refuse parfois de réaliser que le danger est passé.

Il reproduit donc indéfiniment une boucle de gestion de la peur face à un danger potentiel, même si celui-ci n’est pas réel.

Ainsi, certaines personnes hurleront devant un serpent en plastique, d’autres sur la première marche d’un escabeau : c’est comme ça !

Vous avez probablement dû être confrontée, plus jeune, à une peur du vide conséquente ou à un film traumatisant.

Votre cerveau n’a simplement pas compris que le danger était passé. Il continue à tourner en boucle, comme un disque rayé…

Une phobie, c’est un peu comme un cercle infernal, une image angoissante qui se répète à l’infini ! Faire de L’ Hypnose à Saint-Dié, l’ Hypnose à Strasbourg permet de rompre ce cercle infernal en intimant l’ordre à l’inconscient d’arrêter ce processus de peur.

Prenez rendez-vous, en quelques séances vous prendrez l’avion comme vous prenez votre voiture…. L’ Hypnose à Saint-Dié, l’ Hypnose à Strasbourg